L’exposition à l’agressivité touche 1 travailleur sur 8

En 2016, l’IDEWE a mené une étude portant sur le bien-être psychosocial au travail en interrogeant 17.000 travailleurs belges. Il ressort de cette étude que 12,5 % de la population interrogée (soit 1 travailleur sur 8) a été confronté à un comportement agressif au travail, au cours du semestre précédant l’enquête, tandis que 1,7% de l’échantillon l’est de manière hebdomadaire.

Les formes d’agression les plus recensées sont : les insultes (11,3%), les menaces avec violence physique (5,2%) et les agressions physiques (4%). Dans pratiquement la moitié des cas, ces agressions sont commises par des personnes extérieures à l’entreprise (clients, élèves,…), même si 32,7% d’entre elles sont perpétrées en interne (collègue, groupe de collègues, dirigeant,…). Même si les agressions visent aussi bien les hommes que les femmes, la gent féminine est, dans plus d’un cas sur deux, visée par des agressions externes.

Par ailleurs, nombre de conséquences liées à l’agressivité ont été mises en évidence. Tout d’abord, le risque de burn out de longue durée est deux fois plus élevé pour les personnes victimes de ces comportements au travail. En outre, l’augmentation de l’insatisfaction, du stress, de l’absentéisme et de l’épuisement a également été relevée.

 Ainsi, l’exposition à des comportements agressifs s’avère tout aussi dommageable pour l’employé que pour l’entreprise et son activité.

 

Source : IDEWE (2017). Communiqué de presse du 25/07/2017, Heverlee.